Month: juillet 2017

Le Rifseep entre en vigueur pour les ingénieurs et techniciens

Posted on Updated on

Dépêche AEF

 AEF Enseignement supérieur : au JO du 27 juillet 2017. Le Rifseep entre en vigueur pour les ingénieurs et techniciens

 Par AEF – Le jeudi 27 juillet 2017 – dépêche n°566348

 

RIFSEEP. Le régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel dans la fonction publique de l’État entrera en vigueur au plus tard à compter du 1er septembre 2017 pour les personnels des corps suivants :

  • ingénieurs de recherche des EPST (établissements publics scientifiques et technologiques) et du ministère chargé de l’Enseignement supérieur ;
  • ingénieurs d’études des EPST et du ministère chargé de l’Enseignement supérieur ;
  • assistants ingénieurs des EPST et du ministère chargé de l’Enseignement supérieur ;
  • techniciens de la recherche des EPST et techniciens de recherche et de formation du ministère chargé de l’Enseignement supérieur ;
  • adjoints techniques de la recherche des EPST et adjoints techniques de recherche et de formation du ministère chargé de l’Enseignement supérieur.

Par ailleurs, les fonctionnaires détachés sur un emploi de délégué régional du CNRS sont assimilés à des ingénieurs de recherche hors classe pour percevoir l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise et le complément indemnitaire annuel lié à l’engagement professionnel et à la manière de servir.

Nième restructuration de l’institut de l’information scientifique et technique –Inist- : mal-être grandissant des agents

Posted on Updated on

Le projet Ingénierie des connaissances initié en 2014 devait garantir une place pour chaque agent travaillant au sein de l’Inist. A peine ce projet a-t-il eu le temps de voir le jour qu’une nouvelle version est élaborée (en cours de validation par le DGDS), réduisant le nombre d’activités autour de trois axes principaux, laissant ainsi présager une volonté de réduire l’effectif global de l’Inist. Cette situation arrive après une énième restructuration de l’Institut ; elle est fortement anxiogène pour le personnel malmené depuis des années.

 

Le rattachement direct de l’Inist à la DGDS et sa séparation fonctionnelle de la DIST en mars 2017 interroge le monde de la recherche. Comment l’Inist pourrait-il remplir ses missions en lien avec l’IST s’il est écarté de la Direction …en charge de l’IST ? Qu’est-ce qui justifie la coupure de l’Inist du cœur de métier IST et de son instance décisionnelle porteuse du projet scientifique ? Pourquoi son rattachement direct à la directrice générale déléguée à la science?

 

Le Sgen-CFDT pointe la discordance entre les discours de la DGDS, de la Déléguée régionale du CNRS, du DRH du CNRS et de la Direction de l’Inist concernant le devenir du personnel de l’Institut, révélant ainsi des intérêts divergents.

Le Sgen-CFDT s’élève contre les mesures hâtives énoncées par la direction de l’Inist, faisant pression sur certains agents pour qu’ils trouvent un poste en dehors de l’Inist voire même en dehors du CNRS !

 

Le Sgen-CFDT défendra devant la direction de l’Inist et la direction du CNRS (DGDS, DGDR, DRH, Présidence du CNRS) :

  • Une finalisation de la réflexion sur le projet d’établissement, spécifiant en particulier dans le détail ses activités suivant une  démarche claire, cohérente et réfléchie, impliquant l’ensemble des personnels de l’institut ;
  • Un cadrage des besoins en compétences et en effectif pour mener à bien les missions de l’institut;
  • Une prise en compte des compétences des agents et un accompagnement en formations pour ceux qui expriment le souhait de participer au nouveau projet de l’Inist ;
  • Un accompagnement des agents qui souhaitent quitter l’Inist et un suivi de leur intégration dans la nouvelle structure.

 

Aucune stigmatisation de communautés de l’Inist (activité fourniture de documents, fonctions support, fonctions soutien) suggérant une poussée des  agents concernés vers la sortie n’est acceptable.

 

Le Sgen-CFDT Recherche EPST réaffirme ses valeurs de placer l’individu au centre du  dispositif de changement, en veillant en particulier à ce que chacun puisse être traité dans le respect de sa dignité et puisse s’épanouir dans son travail.

 

Le Sgen-CFDT Recherche EPST s’engage

  • à suivre le dossier de l’Inist et le devenir de TOUS ses agents,
  • à veiller à ce que les changements opérés et les démarches afférentes répondent à une logique et une cohérence respectant au mieux l’intérêt de l’individu.

 

Nous accompagnerons tous les agents qui le souhaitent et les incitons d’ores et déjà à signaler leurs difficultés et mal être dans le registre destiné à cet effet au sein de l’Institut, pierre angulaire vers la formalisation officielle des abus managériaux dont ils sont victimes.

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter :
http://epst-sgen-cfdt.orgsgenCFDT@vjf.cnrs.fr

Protégé : Compte-rendu du Conseil de section du 10 juillet 2017

Posted on Updated on

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Compte-rendu du Conseil syndical du 29 juin 2017

Posted on Updated on

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

REMISE EN CAUSE DU CALENDRIER PPCR : LETTRE AU PREMIER MINISTRE

Posted on Updated on

Lors de la réunion du Conseil commun de la fonction publique du 10 juillet dernier Gérald Darmanin, ministre en charge de la Fonction publique, a annoncé que la situation des finances publiques oblige le gouvernement à s’interroger « sur le calendrier de mise en œuvre du protocole et de l’étalement de sa montée en charge » en précisant que ce serait un sujet de discussion avec les organisations syndicales.  Les organisations syndicales signataires du protocole PPCR s’adressent par un courrier commun au Premier ministre lui demandant, au moment où les premiers grands arbitrages concernant la préparation budgétaire 2018 sont en discussion, que l’annonce faite par le ministre de l’action et des comptes publics ne connaisse pas de suite.

lire l’article

Le président Michael Matlosz démissionne. Arnaud Torres est chargé de l’intérim

Posted on Updated on

Par Anne Roy

Michael Matlosz, président de l’ANR (Agence nationale de la recherche), remet sa démission à la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, mardi 18 juillet 2017. Cette démission prend effet le vendredi 21 juillet. “La Ministre et le président ont convenu qu’après une période de restructuration indispensable, une nouvelle impulsion devait être donnée maintenant à l’action de l’agence, référence nationale du financement de recherche sur projet en France”, précise le ministère. L’intérim, avant nomination d’un nouveau président, sera assuré par Arnaud Torres, “qui continuera d’assurer son rôle à la direction des grands programmes d’investissements de l’État à l’ANR”. “L’agence sera recentrée sur ses missions fondamentales en privilégiant l’excellence scientifique et ses débouchés vers l’innovation”, précise le communiqué du ministère.

La Ministre “tient à remercier Michael Matlosz pour l’ensemble du travail qu’il a mené depuis 2014”, indique le communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui annonce la démission du PDG de l’ANR Michael Matlosz le 18 juillet 2017. “Outre la réorganisation de l’agence et la réalisation d’importantes mesures de simplification dans la conduite de ses appels à projets annuels, le président a élaboré avec le ministère un nouveau contrat d’objectifs et de performance pour l’agence et renforcé l’efficacité de l’ANR comme principal opérateur des PIA.”

Michael Matlosz, professeur des universités et membre de l’Académie des technologies, se voit confier par la ministre une mission sur l’évaluation des différents modes de financement public de la recherche. Il remettra un rapport permettant de formuler des “propositions novatrices” d’ici février 2018, annonce le ministère.

Frédérique Vidal “réaffirme son soutien à l’Agence nationale de la recherche”. Le ministère ajoute qu’ “une autre orientation de l’agence est nécessaire aujourd’hui, afin de lui redonner toute sa place en la mettant pleinement au service des projets des chercheurs”.

Paris, le 18/07/2017 13:21:00 Dépêche n°565902

Cumul d’activités : ce qui est autorisé ou non

Posted on Updated on

Le cumul d’activités permet d’avoir des revenus additionnels. Mais si vous n’êtes pas autorisé à percevoir ces revenus, l’administration est en droit de les recouvrir !

Le régime est différent (demande préalable obligatoire de cumul ou simple information) en fonction de votre situation. Quelle que soit votre situation, certaines activités ne sont jamais autorisées, d’autres peuvent être exercées librement sans en référer à l’autorité hiérarchique.

Lire l’article

Recrutements au CNRS : le Comité national demande “un plus grand respect” des jurys d’admissibilité

Posted on Updated on

Par René-Luc Bénichou

S’exprimant à propos des concours de recrutement de chercheurs au CNRS, la C3N, coordination des responsables des instances du Comité national de la recherche scientifique, “appelle à un plus grand respect, à l’avenir, des classements opérés par les jurys d’admissibilité”, dans une motion adoptée “à l’unanimité des membres présents moins une abstention”, vendredi 7 juillet 2017. Cette position intervient après une polémique et une pétition sur la sélection effectuée en section 36 (sociologie et sciences du droit), le jury d’admission ayant modifié le classement initial opéré par le jury d’admissibilité.

Pour la C3N, “ces modifications, quoique conformes à la règle du concours, constituent un important désaveu du travail collégial des jurys d’admissibilité”, qui “s’attachent […], par leurs classements, à permettre une diversité des recrutements en termes de parcours, d’expériences, d’objets de recherche, d’approches, de sensibilité scientifique et de genre des candidats”.

“C’est pourquoi la C3N dénonce avec la plus grande vigueur l’emploi d’une pratique profondément déstabilisatrice pour les communautés scientifiques concernées et pour les SHS dans leur ensemble, et d’une grande brutalité pour les candidats qui avaient été classés par le jury d’admissibilité”, ajoute la motion de l’instance de coordination.

En conséquence, elle appelle à “un dialogue plus serein et plus approfondi, à toutes les étapes du processus de recrutement, entre la direction et les sections du Comité national concernées”. Elle souligne également “l’importance d’une participation systématique de présidents de section relevant de l’INSHS [Institut des sciences humaines et sociales] au jury d’admission CR [chargés de recherche] comme c’est le cas pour les autres instituts du CNRS”.