Actualités : Que retenir ?

Recherche : les nominations stratégiques depuis septembre 2017 et celles à venir

Posted on

POGO, REC – Paris – jeudi 25 janvier 2018 – Sélection n° 111332
La nomination la plus attendue par la communauté scientifique française est intervenue avec l’arrivée d’Antoine Petit, P-DG d’Inria, à la tête CNRS, officiellement désigné le 24/01/2018, après plusieurs rebondissements :
Alain Fuchs, son prédécesseur en place depuis 2010, décide d’écourter son deuxième mandat allant jusqu’en février 2018 pour candidater à la présidence de la Comue PSL. Il est élu au sein des deux organes dirigeants de PSL les 23 et 24/10/2017.
Anne Peyroche, n° 2 du CNRS déléguée à la science, lui succède alors en tant que présidente par intérim.
• Après avoir été choisi par Emmanuel Macron et auditionné par deux commissions à l’Assemblée et au Sénat, Antoine Petit est nommé président par intérim six jours avant sa nomination officielle en Conseil des ministres.

Cette nomination temporaire intervient en raison de l’hospitalisation d’Anne Peyroche, dont l’état de santé s’est détérioré à la suite d’une procédure déclenchée contre elle par le CEA, son employeur, du fait de la mise en cause de cinq publications dont elle est l’auteure principale. François Sillion, directeur général délégué à la science d’Inria, remplace Antoine Petit à la tête de l’organisme, en intérim.

Le 08/12/2017, après cinq mois sans dirigeant, l’ANR trouve enfin son P-DG : Thierry Damerval, ancien directeur général délégué de l’Inserm également passé par le CEA. Il succède à Michael Matlosz, dont la démission avait été annoncée par Frédérique Vidal, le 18/07/2017. La ministre avait en effet estimé qu’une « autre orientation est nécessaire aujourd’hui [pour l’ANR], afin de lui redonner toute sa place en la mettant pleinement au service des projets des chercheurs ». Claire Giry, responsable du programme « Centres d’excellence » au CGI, remplace Thierry Damerval à l’Inserm.

Du côté du CEA, il est encore attendu qu’Emmanuel Macron désigne un candidat pour le poste d’administrateur général et que celui-ci soit auditionné par les deux commissions compétentes de l’Assemblée et du Sénat. Daniel Verwaerde, en fonction depuis janvier 2015, est candidat à sa propre succession mais ne pourra pas, s’il est choisi, aller jusqu’au bout du mandat de trois ans en raison de son âge (63 ans). La limite imposée est en effet de 65 ans.

Enfin, en juin 2018 prendra fin le premier mandat de l’actuel P-DG de l’Inserm, Yves Lévy, en poste depuis juin 2014 et qui a la possibilité de se représenter. Or, Yves Lévy est marié à Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé depuis le 17/05/2017. Bien que la tutelle du ministère de la santé soit passée à Matignon par un décret du 29/05/2017 pour éviter tout conflit d’intérêt, la situation reste délicate.

JOUR DE CARENCE : UNE MESURE HORS-SUJET

Posted on

Communiqué de presse de la CFDT Fonctions publiques n° 1 du 16 janvier 2018

La CFDT appelle de ses vœux à un véritable dialogue social, y compris de proximité, pour prévenir les absences. Et elle souhaite que, comme en 2013, le Gouvernement renonce au jour de carence, mesure inefficace et hors-sujet.

Lire l’article

Évolutions relatives aux cotisations sociales au 1er janvier 2018

Posted on

À compter du 1er janvier 2018, plusieurs évolutions relatives aux cotisations sociales à la charge des fonctionnaires et des agents non titulaires entrent en vigueur.

Lire l’article : Évolutions relatives aux cotisations sociales au 1er janvier 2018

Retraites, fonction publique: face au déficit, Macron s’engage à des réformes d’ampleur

Posted on

Le président de la République Emmanuel Macron a promis, ce lundi devant la Cour des comptes, une série de réformes pour réduire le déficit public.

Lire l’article

Antoine Petit, nouveau patron « optimiste » du CNRS

Posted on Updated on

De David Larousserie (Le monde)

PORTRAIT – Cet informaticien de 57 ans prend la tête du plus grand organisme de recherche
européen, qui, selon son prédécesseur, vient de traverser des années « difficiles »

Lire l’article : APoptimCNRS

 

Le nombre de fonctionnaires n’est pas excessif, selon France Stratégie

Posted on

INFOGRAPHIES – Selon l’organisme de recherche rattaché au gouvernement, la France «se singularise davantage» par ses allocations et versements sociaux que par les effectifs de sa fonction publique, qui se situent dans la moyenne des pays de l’OCDE.

Lire l’article

Suppressions de postes de fonctionnaires : pour Gérald Darmanin, “il va falloir revoir les missions de service public”

Posted on

Le ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin a annoncé, lundi sur franceinfo, la volonté du gouvernement de “revoir les missions de service public”, afin de mieux répartir les postes dans la fonction publique.

Lire l’article

L’Ifsttar va se fondre dans une nouvelle université, une première en France pour un EPST

Posted on

ETA, REC – Paris – jeudi 11 janvier 2018 – Actualité n° 110141
« En restant seul dans son coin, l’Ifsttar risquait de s’éteindre d’ici une vingtaine d’années, car il ne constituait sans doute pas le bon outil pour créer des collaborations avec les meilleures universités européennes et internationales », déclare Hélène Jacquot-Guimbal, sa directrice générale, à News Tank, lors d’une conférence de presse à Paris le 09/01/2018. À cette occasion, elle confirme que l’Ifsttar et cinq des partenaires de l’I-site Future se préparent à créer une nouvelle université au 01/01/2019, qui sera composée de : l’Ifsttar, l’Upem, l’EAVT, l’Esiee Paris, l’EIVP et l’ENSG Géomatique.

Cette création prévue se fera par fusion ou association étroite et fera disparaître ses membres fondateurs — dont l’Ifsttar — en tant que personnalité morale. La nouvelle université a pour ambition de devenir l’acteur majeur en France de la ville et la mobilité de demain.

Le projet I-site Future est porté par l’Université Paris-Est et validé depuis février 2017 par le jury international du PIA puis par le Premier ministre. Il rassemble sept établissements d’ESR sur le thème de la « ville de demain » : l’Ifsttar, l’ENPC, l’Upem, l’Esiee Paris, l’EIVP, l’EAVT et l’IGN (au titre de l’ENSG).

« C’est la première fois que j’organise une fusion qu’on ne m’a pas demandé de faire, je suis très confiante dans la capacité de cette future université à donner une dimension et une visibilité internationale aux recherches menées par l’Ifsttar et ses six partenaires », indique Hélène Jacquot-Guimbal.

Cette incorporation dans une université est une première en France pour un EPST. Autre particularité : cette université ne sera pas localisée sur un site précis, les équipes de l’Ifsttar étant par exemple réparties sur six sites différents sur l’Hexagone.

« La moitié des chercheurs de cette nouvelle université ne seront pas enseignants : elle sera donc très intensive en matière de recherche. L’université cible mettra également l’accent sur la formation. Le CFA rattaché à l’Upem est important avec près de 15 M€ de chiffre d’affaires. De plus, avoir accès à tous les niveaux de formation nous permettra de transférer plus rapidement vers le monde économique. »

Travailler alors qu’on est malade peut être considéré comme une faute professionnelle

Posted on Updated on

Le salarié qui vient travailler en sachant qu’il n’est pas en état de le faire peut être licencié…

Une éventualité rappelée par la Cour de cassation dans une décision du 12 octobre 2017. 

Un salarié a renversé deux palettes en conduisant un chariot élévateur. Il suivait le jour de l’incident un traitement médical entraînant une somnolence mais avait voulu travailler quand même, afin de ne pas subir de perte de salaire. 

Son employeur l’avait alors licencié pour faute grave, lui reprochant d’avoir continué à travailler malgré son état et sachant qu’il avait l’obligation de veiller à sa santé et à sa sécurité ainsi qu’à celles des autres personnes.

La Cour de cassation a considéré que le salarié n’avait pas été licencié en raison de son état de santé mais pour avoir continué à travailler sachant qu’il n’était pas en état de le faire, mettant alors en danger ses collègues de travail. 

 Plus d’informations sur www.service-public.fr