[Cour des comptes] Gestion des chercheurs : des améliorations encore nécessaires

Posted on Updated on

La Cour des comptes rend public, le 11 février 2015, son rapport public annuel. Dans ce rapport est consacré un chapitre à la gestion des chercheurs en France.

En résumé, pris dans l’introduction :

“En 2013, 16 662 chercheurs statutaires sont en activité dans les huit établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), contre 17 005 en 2006, pour une masse salariale de 1,67 Md€. S’y ajoutent près de 4 300 chercheurs contractuels, hors doctorants. Le CNRS concentre à lui seul les deux tiers de l’effectif.

La recherche publique en France est attractive et largement internationalisée : au 31 décembre 2012, plus de 2 200 chercheurs permanents, soit près de 14 %, étaient de nationalité étrangère pour les seuls CNRS, INSERM, INRA et IRD. En 2012, la France se situe au 6e rang mondial des publications scientifiques, avec 3,6 % de celles-ci, un indice d’impact des publications en hausse régulière (passant de 0,91 en 1993 à 1,10 en 2012) et le plus fort taux de collaboration internationale (plus de 48 % des publications associant au moins un laboratoire à l’étranger). Enfin, depuis 2002, le prix Nobel a été attribué à sept chercheurs français et la médaille Fields à cinq d’entre eux.

À la suite des travaux qu’elle a conduits depuis 2003 sur la recherche publique, la Cour revient sur les enjeux de la gestion des carrières de chercheurs. Elle avait relevé notamment une insuffisante traduction des priorités nationales dans la gestion prévisionnelle des emplois scientifiques, l’absence de prise en compte des responsabilités et de la performance dans le déroulement de carrière, une faible mobilité des chercheurs, une évaluation individuelle sans réel impact sur la rémunération ainsi que, plus récemment, les problèmes soulevés par le recours croissant aux chercheurs contractuels.

L’enquête de suivi réalisée sur les exercices 2006 à 2013 a porté sur la gestion des corps de chercheurs (chargés de recherche et directeurs de recherche) des huit EPST.

Les mesures récentes ont permis d’améliorer les conditions d’accueil des post-doctorants (I) mais le recrutement des chercheurs statutaires est toujours déconnecté des priorités stratégiques nationales (II). Elles n’ont eu qu’un faible impact sur le déroulement de carrière des chercheurs (III) et ont produit des résultats contrastés sur leur rémunération (IV). ”

Voir le rapport en entier : La gestion des chercheurs : des améliorations encore nécessaires (PDF, 551,35 kB)