Présidence du CNRS : les candidats ont jusqu’au 15 novembre 2017 pour se déclarer

Posted on Updated on

Un “appel à candidatures en vue de pourvoir la fonction de président du CNRS” est publié au Journal officiel daté de dimanche 15 octobre 2017. La personnalité choisie succédera à Alain Fuchs, qui préside l’organisme de recherche depuis 2010 et n’achève pas son second mandat pour devenir président de PSL à compter du 24 octobre prochain . Les candidats doivent transmettre leur dossier à la DGRI dans un délai d’un mois à compter de la date de publication de l’avis au Journal officiel.

Le texte de l’appel à candidatures publié le 15 octobre 2017 rappelle que le président du CNRS est “nommé sur proposition du ministre chargé de la Recherche pour une durée de quatre ans”, et “ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs”.

COMMISSION DE SÉLECTION ET AUDITIONS DEVANT LE PARLEMENT

Les candidatures seront examinées par une “commission composée de quatre ou six personnalités choisies en raison de leur compétence dans le domaine de la recherche et du développement technologique, parmi lesquelles un président, nommées par arrêté du ministre chargé de la Recherche”. Il appartiendra à la commission de sélectionner les candidats qu’elle souhaitera auditionner, dans la limite de six, puis de transmettre à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, “un rapport écrit sur chacun des candidats auditionnés visant à éclairer son choix”.

Il est à noter que la présidence du CNRS fait partie des fonctions pour lesquelles, “en raison de leur importance pour la garantie des droits et libertés ou la vie économique et sociale de la nation, le pouvoir de nomination du président de la République s’exerce après avis public de la commission permanente compétente” de l’Assemblée nationale et du Sénat, en vertu du cinquième alinéa de l’article 13 de la Constitution et de la loi organique du 23 juillet 2010 qui y est associée. La personnalité proposée par le gouvernement devra ainsi être auditionnée par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale et la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Par René-Luc Bénichou